Interview : 5 questions à …

Mickael LESAGE

Arbitre foot et Conseiller technique régional

Pouvez-vous svp vous présenter ? Pourquoi être devenu arbitre ? Et quel est votre meilleur souvenir ?

J’ai été joueur de football à l’ESFC Falaise de 6 à 20 ans environ avant de poursuivre cette activité en district dans un club voisin qui était bénévolement dirigé par ma famille (oncle Président, papa entraineur, maman secrétaire…), l’AS La Hoguette. Le début de l’aventure dans l’arbitrage a été à 17 ans, après avoir pris le drapeau régulièrement le dimanche après-midi, j’ai passé mon examen d’arbitre officiel tout en continuant à jouer (possible jusqu’à 23 ans). J’arbitrai donc le samedi après-midi ou le dimanche matin et je jouais le dimanche après-midi.

Qu'appréciez-vous dans votre fonction d'officiel ? Et quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer ?

L’arbitrage c’est avant tout de la gestion humaine, du management. Comprendre, observer, communiquer, faire accepter ses décisions, c’est tout l’enjeu de l’arbitrage. Les relations humaines entre les différents acteurs sont essentielles dans notre activité.
Aujourd’hui, et cela semble de plus en plus difficile, l’acceptation de l’autorité est un enjeu majeur. Le respect de la Loi, le respect des personnes qui tentent de faire respecter les lois (pour nous du jeu, du football) est de plus en plus compliqué. Le sport et le football occupent une part importante dans notre société et malheureusement ils sont aussi un peu représentatifs des comportements déviants que l’on peut observer chaque jour davantage.

Vous occupez une place importante dans l'arbitrage normand en tant que Conseiller Technique Régional. Quel constat faites-vous et quels sont vos projets pour le développer ?

Nous y travaillons chaque jour, tous ensemble, avec tous les acteurs du football. Nous nous attachons énormément à échanger avec tous les protagonistes des clubs de football ou d’un match. Les Présidents, les entraineurs, les éducateurs, les joueurs, il est essentiel de partager nos interrogations, nos expériences, d’être à l’écoute des idées des autres.
S’il est difficile aujourd’hui de recruter des arbitres et notamment de jeunes arbitres, il est encore plus difficile aujourd’hui de les fidéliser, de les former et les faire évoluer sur plusieurs saisons… La fidélisation de nos arbitres est un axe majeur dans la hiérarchie de nos objectifs.

Pensez-vous qu'il est intéressant, comme le propose l'AFCAM, de mettre en place un temps de rencontres entre arbitres de différentes disciplines sportives pour se rencontrer, échanger et faire un partage d'expériences ?

Toutes les idées sont bonnes à prendre. Toutes les expériences peuvent être tentées à partir du moment où elles restent dans un cadre légal. Une fois encore, le partage, les échanges sont des moyens qui doivent être privilégiés pour atteindre nos objectifs.

Que diriez-vous aux personnes souhaitant se diriger vers l'arbitrage ?

L’arbitrage, notamment chez les plus jeunes, permet de se construire. La prise de décisions, le sens des responsabilités vous aident à grandir plus rapidement. A chaque match une nouvelle expérience, à chaque expérience un peu plus de maturité… Bien évidemment, certains ne retiennent que les quelques incidents qui sont parfois mis en avant maladroitement, mais nous voulons surtout souligner le très grand nombre de rencontres où tout se passe bien, où chacun aura pris du plaisir dans son domaine (joueurs, éducateurs, arbitres). La majeure partie de nos matches se déroulent dans d’excellentes conditions et c’est ce qu’il faut retenir avant tout.

Retrouvez tous les reportages du CROS Normandie